nouveau pulseur chien

santé

Les médecines douces pour guérir et soulager les chiens

D’aucuns y croient… d’autres non… Quoi qu’il en soit, les médecines douces sont pratiquées chez le chien comme elles le sont chez l’homme, parfois avec succès si l’on en croit les spécialistes. Les exclure eut pu donc sembler injuste ou pour le moins subjectif. Les vétérinaires intéressés et spécialisés dans ces différents domaines se sont d’ailleurs regroupés dans des structures nationales et internationales qui dispensent les formations idoines.

Toutes ces techniques, qualifiées à tort ou à raison de « médecines douces », n’auront d’intérêt que dès lors qu’elles sont pratiquées :

– par une personne formée à l’exclusion de tout charlatan sans formation scientifique,

– dans un domaine de parfaite complémentarité avec les techniques médicales et chirurgicales plus classiques,

– en parfaite honnêteté quant aux limites qui sont les leurs (traumatologie, cancérologie ou maladies infectieuses ne peuvent se contenter de médecines douces).

L’homéopathie

Le principe de base de la médecine homéopathique (« simili similibus curant ») est bien connu et réside dans le traitement du mal par le mal : un produit ou substance responsable d’une quelconque maladie est dilué pour atteindre un dosage infinitésimal qui permet alors de combattre cette dernière. De fait, ce concept de « thérapeutique hahnemanienne », du nom de son créateur, s’est un peu étendu, et même si les substances ou molécules en cause sont toujours diluées plusieurs centaines de fois, elles ne sont pas toujours impliquées dans la maladie traitée. Les médicaments homéopathiques se présentent sous la forme de gouttes ou de granules, dilués de manière centésimale (CH) ou décimale (DH). Ils sont normalement donnés hors des repas et plusieurs fois par jour, et il existe maintenant pas moins de plusieurs paliers de ces traitements homéopathiques qui sont utilisables par le vétérinaire canin.

La phytothérapie

Bien que peu développée en médecine canine, la phytothérapie trouve sa place parmi les médecines douces tant il est vrai que certaines plantes disposent de réelles qualités médicinales. Certaines formes de charlatanisme, développées ou promues parfois par des personnalités connues du monde médiatique ou artistique, ont pu faire oublier que la plupart des médicaments allopathiques ont pour origine le règne végétal. Quoi de plus normal, dès lors que l’on reste dans une approche scientifique rigoureuse et que l’on ne part pas du principe que les plantes peuvent tout traiter, que de valoriser les propriétés curatives de certaines plantes. Ces dernières peuvent être utilisées dans leur globalité (on parle de « simples »), sous la forme d’extraits d’huiles essentielles (« aromathérapie »), ou par l’intermédiaire de certaines parties de la plante plus concentrées en principe actif (bourgeons, racines, pousses… on parle de « géminothérapie »).

L’utilisation de certains argiles comme la smectite dans le traitement de diarrhées simples procède de la même logique de thérapeutique naturelle).

L’acupuncture

Dérivée directement de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture, qui fait appel au maniement d’aiguilles placées à des endroits anatomiques parfaitement définis, est également utilisée chez le chien. Là encore, certains vétérinaires se sont spécialisés dans ce domaine, avec de bons résultats, notamment dans le domaine de certaines boiteries chroniques. L’université vétérinaire de Pékin dispense d’ailleurs à ses étudiants une formation complète dans ce domaine, certaines anesthésies chirurgicales étant réalisables uniquement sous acupuncture.

L’ostéopathie

Le terme ostéopathie n’est sans doute pas le plus adapté pour désigner une pratique médicale dont nul ne peut nier l’efficacité, dès lors que pratiquée par une personne ayant une réelle formation biologique et médicale, un vétérinaire dans le cas du chien. La colonne vertébrale constitue la véritable charpente de l’organisme vivant ; d’elle partent tous les nerfs qui irradient ensuite en tous points du corps. La manipulation intelligente des vertèbres, et parfois des membres, va permettre dans de nombreux cas (douleurs, boiteries, névralgies) de rétablir le bon ordre des choses alors que des traitements plus classiques auront échoué.

nouveau LIT PANIER COUCHAGE chien