nouveau pulseur chien

NOURRITURE

Zoom sur la gamelle du chat

Gourmet par nature, le chat doit beaucoup de ses habitudes à ses ancêtres égyptiens et à sa domestication. originaire du désert, il avait peu l’occasion de boire et devait se contenter de maigres proies, des souris essentiellement, qu’ils chassaient souvent. Le chat d’aujourd’hui a conservé cette sobriété vis-à-vis de l’eau (même s’il boit finalement plus que l’on ne pense) et cette habitude de faire beaucoup de petits repas en 24 heures. Ainsi, le chat, nourri ad libitum, peut faire 15 à 16 repas, en mangeant en moyenne 8 grammes par repas. Le temps passé à manger est toujours court, 15 minutes au total par jour. Mais la fréquence avec laquelle le chat se présente à son assiette, en général quand le propriétaire est à côté, nous laisse souvent penser qu’il ne fait que ça !

Gourmand mais difficile, le chat est doté d’un comportement alimentaire très spécifique.

Certains chats préfèrent manger la nuit, d’autres répartissent leur repas de façon régulière, alors que d’autres préfèrent manger aux heures officielles des repas familiaux.

Un amateur du picorage

Grignoteur par excellence, le chat retourne souvent à son plat pour déguster une petite bouchée. Notons que son système digestif est parfaitement adapté à ce mode d’alimentation, et que le chat supporte en général assez mal d’être nourri une seule fois par jour, comme un chien. La distribution de croquettes ad libitum, avec mise à disposition d’eau fraîche, et de pâtées ou de boulettes 2 fois par jour semble être le fonctionnement idéal, tant pour le plaisir des chats, que pour leur santé.

Buveur d’eau modéré, le chat boit 9 à 10 fois par jour, à raison de 12,6 ml par prise. Très sensible aux odeurs, il déteste les récipients en plastique qui gardent les mauvaises odeurs, et préfère de loin le verre ou la porcelaine épaisse comme récipient. Certains chats fantaisistes aiment boire directement au robinet, parfois avec la patte ; d’autres ont une affection particulière pour l’eau du bain, mais la source première doit rester celle distribuée par le propriétaire !

Un consommateur averti

Le chat est supposé réguler lui-même ses prises de nourriture en fonction de ses besoins. Les statistiques montrent effectivement que seuls 6 % à 12 % de la population féline souffrirait d’obésité, contre 20 à 30 % de la population canine. Néanmoins, il convient d’être raisonnable et de limiter sur une journée la quantité globale ingérée, même si elle est fournie en libre-service.

Quant aux variétés à fournir au palais du chat, seul le vôtre vous le dira ! Réputés difficiles par les agences de communication, certains chats prouvent parfois leur fidélité à une marque, une texture, voire à un seul parfum tout au long de leur vie.

Il est certain cependant qu’un chat, contrairement à un chien, préférera se laisser mourir de faim plutôt que de manger quelque chose qui ne lui plaira pas. Ce n’est donc pas céder à ses caprices que d’acheter des parfums et des variétés différentes. Cela étant, l’éducation du palais peut se faire chez le chaton, en veillant à fournir à la mère, pendant le sevrage de la portée, ensuite aux chatons, des aliments variés en texture (pâtées, boulettes, croquettes) et en parfums. Cette pratique permet d’avoir des chats faciles à vivre.

nouveau LIT PANIER COUCHAGE chien